J'ai eu plein de bouquins à Noel. Je ne les ai pas tous lu mais j'ai voulu commencer l'année par "La boutique de la seconde chance" de Michael Zadoorian, que j'ai beaucoup aimé.

 

51e3qZF-5aL__SL160_

 

Le pitch : Toute la vie de Chiffo tient dans sa boutique où l'on trouve de tout. Chiffo est en effet un dingue des vieilleries, il écume les foires à tout, les ventes de succession, les marchés aux puces car pour lui, chaque objet est le reflet de l'homme ou de la femme à qui il a appartenu.
Sa vie si calme et monotone va être soudain bouleversée par la mort de sa mère et la rencontre avec une cliente assez particulière.

Mon avis ?

En tant que passionnée de brocantes et vieilleries, j’étais curieuse de lire ce bouquin. J’ai été agréablement surprise. J’ai beaucoup aimé les citations, la façon de voir la vie de Richard qui préfère les objets de « seconde main », les objets qui ont déjà vécus. La mort de sa mère et la rencontre avec une cliente donneront un nouveau sens à sa vie sans renier ses envies et ses gouts. Il y a beaucoup de descriptions des achats du héros, ce qui est un peu fastidieux et pas toujours parlant (car ce sont des objets typiquement américains) mais l’auteur arrive à dépasser cela.

Quelques citations, qui plairont peut etre à mes copines chineuses :

« Le vrai chineur s’abandonne à sa quête. Le problème, c’est qu’il ne sait pas vraiment ce qu’il cherche jusqu’à ce qu’il tombe dessus. »

« Posséder nous réconforte, nous protège des mauvais moments qui vont bien finir par arriver, nous le savons »

« Plus on prend de l'âge, plus on possède d'objets. Pourquoi ça ? Parce que les objets ont un pouvoir de protection. Ils agissent comme un lest, une sorte de système passif d'entrave à la mortalité. Que l'on songe à ce que l'on ressent au moment d'acheter quelque chose. Ce petit flash. Comme un éclair d'éternité. »

« Nous venons de partager le moment le plus intime qui soit. (Ce qui n’est pas vrai en fait. Nous n’avons pas encore chiné ensemble. Je songe à le lui proposer sous peu). »

« J’ai remarqué que dans la course ordinaire des jours, les seuls moments où j’ai eu vraiment la sensation d’être vivant, c’est quand une tuile me tombait dessus. Le reste a sombré dans l’oubli de la banalité. »

En résumé, un livre sympa que je vous conseille ! :)